Aller au contenu Recherche Plan du site Accessibilité Contact



Aller au contenu Recherche


Scolarisation des élèves en situation de handicap

Scolarisation des élèves en situation de handicap en France

 Reportages vidéo

 Les différents dispositifs de scolarisation

 Modalités du parcours de formation

 Aménagement des parcours : les AE-SH


 Circulaire du 8-8-2016 au BO N°30 du 25 août 2016 : « Parcours de formation des élèves en situation de handicap dans les établissements scolaires »

Scolarisation dans l’académie

1-La scolarisation des élèves en situation de handicap

Le fort développement de la scolarité en milieu ordinaire

En 2015-2016, l’académie a scolarisé en milieu ordinaire 14735 élèves en situation de handicap, soit 1150 élèves de plus que lors de la précédente rentrée. Depuis la mise en œuvre de la loi de 2005, ce sont 8810 élèves supplémentaires, soit une augmentation de 148%.

Cette évolution très positive concerne toutes les modalités de scolarisation, et prioritairement le second degré où le rythme de progression est trois fois plus important qu’en primaire (18,3% pour 6,8%).

En septembre 2016, ce sont donc près de 16000 élèves qui ont fait leur rentrée dans les écoles et établissements de l’académie.

Les dispositifs collectifs, Unité Localisée d’Inclusion Scolaire (ULIS école, collège ou lycée) ont accueilli en 2015-2016 3957 élèves, ils étaient 2028 en 2006-2007. Ce sont donc 1930 places nouvelles qui ont été créées depuis la mise en œuvre de la loi sur le handicap.

La scolarité individuelle en classe ordinaire s’est encore plus fortement développée avec 10778 élèves pour 3897 lors du vote de la loi. Elle révèle l’ampleur de la politique d’inclusion menée dans l’académie.

Plan national en faveur de la scolarisation des enfants et adolescents porteurs d’un trouble autistique

Dans ce cadre, deux unités d’enseignement en maternelle ont été ouvertes en Isère (2014), en Haute-Savoie (2015). Lors de cette rentrée, trois unités supplémentaires seront implantées, en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé (ARS). Ces dispositifs expérimentaux seront, lors de la rentrée 2016, développés :
- En Ardèche à l’école maternelle de Vals les bains
- En Drôme à l’école maternelle Ferdinand Buisson de Valence
- En Savoie à l’école maternelle du Champ de Mars à Albertville

Des modalités de scolarisation mieux adaptées aux besoins de chacun, une réussite scolaire en progrès

Les dispositifs collectifs (ULIS) évoluent et renforcent leur caractère inclusif pour mieux correspondre aux besoins des élèves, mieux préparer la poursuite d’études au lycée. L’objectif académique est de renforcer le temps d’inclusion dans les classes ordinaires et d’atteindre en collège et lycée une proportion d’élèves en situation de handicap plus proche de celle de l’école primaire. A cet effet 5 nouvelles ouvertures d’ULIS en collège et 5 ULIS en lycée seront effectives lors de la rentrée.

Pour permettre à chacun d’accéder à une certification, chaque bassin de formation comporte au moins une ULIS Lycée faisant fonctionner en réseau tous les établissements, permettant ainsi de proposer des formations plus diversifiées, répondant mieux aux aspirations, conjuguant qualité et proximité.

 Voir « ULIS Pro en réseau » sur le site de l’ONISEP

Depuis la mise en œuvre de la loi de 2005, les enfants et adolescents bénéficient d’un parcours de scolarisation adapté, défini dans le cadre d’un projet personnalisé de scolarisation (PPS). Le travail partenarial avec les Maisons Départementales des Personnes Handicapées permet une meilleure compréhension des besoins de chacun et l’adaptation des parcours individuels.

Une circulaire de synthèse organisant le parcours des élèves a été publiée au BO N°30 du 25 août 2016. Elle prévoit explicitement la mise en œuvre par les équipes d’établissement du PPS.
 En maternelle  A l’école élémentaire  Au collège ou au lycée

Le projet de l’élève se réalise en école ordinaire, mais si l’importance des troubles, la nécessité de soins particuliers le justifient, ils peuvent être affectés dans le cadre d’établissements spécialisés relevant du ministère de la santé.

Ceux-ci disposent de dispositifs de scolarisation, les Unités d’ Enseignement, auxquels le rectorat affecte 265 enseignants (3500 élèves concernés). Ce secteur médico-social évolue et est appelé à travailler « hors les murs ». De très nombreuses classes de ces instituts sont externalisées et accueillies dans les écoles et établissements ordinaires. Lors de cette rentrée, des partenariats entre lycées professionnels et instituts médicaux éducatifs (IME-IMPRO) se construiront pour permettre à tous d’accéder à une qualification ou une reconnaissance des compétences acquises.

 Un exemple de partenariat entre le lycée Lesdiguières et l’IME la clé de sol

Si les élèves reconnus en situation de handicap bénéficient d’un projet personnalisé (PPS), de nombreux autres élèves ayant des troubles durables des apprentissages, non reconnus en situation de handicap, ont besoin de réponses pédagogiques adaptées.
Le plan d’accompagnement personnalisé (PAP) est en développement.

 Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves : quel plan pour qui ?

Mieux connaître, mieux accompagner, mieux former

Dans le cadre de la dernière conférence nationale du Handicap, le Président de la République a annoncé la transformation, des contrats uniques d’insertion (CUI) en postes de droit public d’accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH).

Pour l’académie, ce sont 280 équivalents temps plein (ETP) qui sont en cours de recrutement.

Avec la transformation des contrats au bout de six années d’exercice, les personnes recrutées se voient offrir la possibilité d’un emploi pérenne. L’accès à une formation permettra progressivement de développer les qualifications et ainsi d’accroitre encore la qualité de l’accompagnement des élèves.

La formation de tous est également réaffirmée, car la mise en œuvre du principe d’inclusion induit d’importants efforts d’adaptation éducatifs et pédagogiques. La politique de formation de l’académie fait l’objet d’une profonde transformation, elle sera inter-catégorielle, progressive tout au long de la vie, et valorisée dans le cadre du parcours professionnel. A compter de la rentrée 2016, tous les nouveaux personnels bénéficieront de modules de formation relatifs aux élèves à besoins spécifiques.

 Voir article sur les formations

Rendre possible la réussite et l’accès à une qualification

Grâce aux mesures d’adaptation pédagogiques mises en œuvre par les enseignants, à l’accompagnement du jeune par sa famille, par les professionnels, les élèves en situation de handicap sont de plus en plus nombreux à poursuivre leurs études. Ils y font preuve d’engagement, d’une volonté de réussir exemplaire.
Les dispositifs d’aménagement aux examens, proposés par des médecins habilités, pour compenser leurs troubles, se développent en se personnalisant davantage. Ils contribuent ainsi à une plus grande justice scolaire, permettant aux élèves d’obtenir désormais des taux de réussite aux examens qui se rapprochent des moyennes académiques. Dans certaines formations, ils réussissent même mieux grâce à leur travail et à l’engagement de leurs professeurs. Ils démontrent ainsi, dans le réel, la pertinence du principe d’inclusion scolaire où l’école s’organise en prenant en compte les besoins de chacun.

2- Prise en charge pédagogique d’adolescents déscolarisés pour raisons médicales

Un dispositif unique au plan national

L’Académie de Grenoble propose une prise en charge adaptée pour les jeunes de 12 à 25 ans en rupture de scolarité pour raisons sanitaires, dans un établissement original d’échelle académique.

L’unité Soins-Etudes est un établissement scolaire du second degré de l’Académie de Grenoble, unique en son genre, qui regroupe et coordonne un lycée et divers dispositifs pédagogiques ouverts aux adolescents et jeunes adultes de 12 à 25 ans (collégiens, lycéens et étudiants) déscolarisés pour raisons de santé, hospitalisés ou suivis en soins externes (CMP, cabinets médicaux).

Avec pour mission la persévérance, la continuité du parcours scolaire, en lien avec les établissements d’origine ou en leur sein (universités), il offre un maillage de propositions pédagogiques variées et adaptées dans le cadre de la pratique du « soins-études ». Il s’agit d’une collaboration étroite avec les soignants qui permet une prise en charge globale du jeune, une mise en cohérence du fonctionnement cognitif avec les contraintes liées au handicap, à la structure de la personnalité, ou à d’autres difficultés sanitaires.

Un dispositif multi-sites

Ces offres de scolarisation sont situées en différents sites : au lycée de la Clinique du Grésivaudan où l’USE trouve son origine (FSEF - Fondation Santé des Etudiants de France), dans les centres hospitaliers de la Tronche (CHU/HCE/UMPI), St Egrève(CHAI), Grenoble (MDA), Valence(CH), Challes les Eaux (MECS « Le Parc ») et en étroite collaboration avec le SAH (Service Accueil Handicap Université Grenoble Alpes).
L’USE fait également une offre de « soins-études », dans un « dispositif passerelle » original, accueillant des collégiens et des lycéens souffrant de troubles anxieux à l’école ou de troubles dépressifs (Cité scolaire Stendhal-lycée Champollion).

Une pédagogie de reconstruction

Sur tous les sites, les cours, les aménagements personnalisés, des effectifs restreints, des professionnels vigilants et bienveillants permettent une pédagogie de reconstruction et de reprise des parcours scolaires et va redonner accès à un diplôme adapté au projet de jeunes qui avaient cessé toute progression.

Une cellule d’écoute pédagogique vient compléter ces propositions de scolarisation déjà étoffées en lien permanent avec l’offre de soins. Elle répond aux alertes de situations critiques émanant d’établissements scolaires, de familles, de professionnels de la santé du monde social ou éducatif. Elle reçoit en entretien, favorise la mise en place de suivis médicaux, facilite la reprise et la mise en place d’une scolarité aménagée si nécessaire, assure le suivi des situations et organise des ateliers pédagogiques sur le site de la clinique du Grésivaudan.

 L’Unité Soins-Etudes a son siège au lycée de la clinique du Grésivaudan, elle est une annexe pédagogique du lycée Champollion.

imprimer article imprimer
______________________________________________________________________________
> Retour haut de page

Article modifié le 19-09-2016






> Toutes les académies
Directions des services départementaux de l'Education nationale :
> Ardèche   > Drôme   > Isère   > Savoie   > Haute-Savoie  
> CANOPÉ de Grenoble

Contact |  Plan du site |  Glossaire |  Accessibilité  |  Référentiel accessibilité - RGAA |  Mentions légales  |  Retour haut de page
Académie de Grenoble - 7 place Bir-Hakeim - CS 81065 - 38021 Grenoble Cedex 1 - Tél : 04.76.74.70.00          
flux_rss    Twitter ac-grenoble

Visiteurs connectés : 25